06 22 37 67 05 - 9 rue Jean Sabarots Bordeaux - FRANCE 🇫🇷 contact@c420.fr

PARLEZ-VOUS LE BANQUIER ?

Mai 2, 2022 | Non classé | 0 commentaires

Vos banquiers sont vos partenaires par excellence.
En avez-vous plusieurs ? Communiquez-vous régulièrement ? Les considérez-vous comme des parties prenantes de premier rang ?

Si on en parlait ?

Les banquiers sont vos partenaires.

Ils sauront vous proposer le produit le plus adapté à votre situation (en combinant vos capacités d’accès au financement, l’importance financière de votre projet, sa durée, son risque).
Négociez, mais gardez à l’esprit que, eux aussi, sont attentifs à leurs marges !

Vos partenaires financiers ne font pas que financer des investissements, ils placent également votre trésorerie.
Veillez aux flux que vous leur confiez. Ils doivent être en rapport avec les solutions qu’ils vous ont mises en place.

Pendant les moments plus difficiles, ils peuvent mettre en place des solutions court terme pour « passer l’orage ». Prévenez-les dès que possible, avant la rupture de trésorerie. Ils apprécieront de ne pas découvrir les dégâts sur le compte.

Il est intéressant d’avoir plusieurs banques : les risques financiers sont ainsi divisés par partenaire, votre pouvoir de négociation est plus fort, les stratégies de vos banques peuvent se compléter.

Communiquez !

La rencontre ou entretien annuel à l’occasion de la publication des comptes annuels est une évidence. Vous évoquez les évènements marquants de l’année passée et partagez vos projets à venir.

Mais pourquoi attendre une fois par an ?

Intégrez vos partenaires financiers dans votre stratégie de communication. De manière claire et simple, un bulletin d’information trimestriel ou semestriel avec les indicateurs clés de performance et les projets et évènement lui permettra de suivre votre compte avec plus d’efficacité, et ainsi de vous accompagner plus rapidement en cas d’opportunité ou de coup dur.

La question la plus omniprésente chez un banquier est « pourra-t-il me rembourser » ?
Aidez-le à gérer son stress… et si, vous-même, vous doutez de vos capacités de remboursement sur une période, trouvez un accord avec lui… il saura tout, de toute façon ! Prenez les devants !

Connaissez-vous votre banquier ?

Les banques affichent différentes ambitions, différentes stratégies.
Connaissez-vous celles de vos partenaires financiers ?
Sont-elles différentes ? Complémentaires ?

Les banques sont soumises à des indicateurs de risques (CET1, Bâle II et III). Votre banque est-elle solide ? A -t-elle intérêt à vous avoir comme client ?
Demandez votre score (Bâle II) pour savoir comment elle vous considère.

Prenez le soin de réunir des partenaires financiers de groupes différents afin que votre encours ne soit pas mutualisé (et vos capacités de financement réduites).

N’oubliez pas la Banque de France !

La Banque de France attribue une « cotation » chaque année aux sociétés dont le chiffre d’affaires est supérieur à 100 000 €
Cette note traduit votre capacité à honorer vos engagements financiers.

N’hésitez pas à demander à rencontrer la Banque de France pour commenter vos comptes annuels et parler de vos projets.
Ces entretiens peuvent influer sur la cotation qui vous sera attribuée.

Rappelons que la cotation Banque de France est observée par vos partenaires financiers… et les assureurs-crédit.
Les assureurs crédit vont augmenter, ou réduire, vos encours chez les fournisseurs qu’ils assurent. Les conséquences sur votre politique d’achat sont très importantes.

Vous souhaitez aller plus loin ?

Suivez @Nicolas Lapeyre qui nous livre régulièrement ses « tips de banquier » (pédagogique et précieux !), @Michel Dubois D’enghien qui nous éclaire sur les stratégies financières et les subtilités des produits financiers.
Envie de déployer une stratégie de communication mais sans savoir où commencer et sans le temps nécessaire à y consacrer ? Contactez c420.

0 commentaires

Soumettre un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Prêt à reprendre le contrôle ?

Objectif : du sport le samedi matin et le marché le dimanche !